Vous êtes ici : Nicolas Augé . com » Web » Content Marketing : interview du fondateur d’Elokenz

Content Marketing : interview du fondateur d’Elokenz

Août 18 2014

Dernièrement, j’ai eu envie de rafraîchir les infos d’un certain « webservice » appelé WordiZ. Si ça vous dis quelque chose c’est normal, j’avais même fait un article dessus : Qu’est-ce que WordiZ ?.

Et pas plus tard que le 4 aout dernier, j’ai pu suivre le Hangout ou Webinar, vous l’appelez comme vous voulez, sur le thème de l’AuthorShip Google animé et proposé par Yann Fageol avec comme invité Jean-Christophe Lavocat et Raphael Doucet.
Pour les curieux, la vidéo du Hangout est disponible ici : https://plus.google.com/u/0/events/c1naos7n23v0rp6aj0f9fmned8k n’est plus disponible !

Le truc, c’est que WordiZ a tellement évolué depuis qu’il a même changé de nom puisqu’il se nomme dorénavant Elokenz.
Pourquoi je vous parle de tout ça ? C’est parce qu’Elokenz et feu WordiZ sont la propriété d’un certain Jice ou plutôt devrais-je dire Jean-Christophe Lavocat.

L’introduction étant faite, je laisse Jean-Christophe répondre à mes questions sur son « nouveau » projet mais aussi sur d’autres sujets.
 

Tout d’abord, quel est ton parcours ou cursus ?

Bonjour Nicolas, merci beaucoup pour l’invitation sur ton blog, je vais commencer à y prendre goût. 🙂

Pour mon parcours, j’aurais bien aimé te répondre « j’ai arrêté les études après le bac et j’ai monté ma première boite à 17ans » mais ça serait complètement l’inverse. Je me suis en fait longtemps cherché.

J’ai suivi un parcours de formation assez classique d’ingénieur, puis j’ai voulu faire de l’informatique quantique. Mon stage de Master m’a donné l’occasion de travailler dans un grand campus Californien (UCSD) et de côtoyer des mathématiciens d’envergure internationale.

La bibliothèque Geisel, campus de UCSD (San Diego – USA)

La bibliothèque Geisel, campus de UCSD (San Diego – USA)

Pour plusieurs raisons je suis ensuite revenu en Europe dans le but d’y poursuivre une thèse en Nanotechnologies. J’ai eu la chance de travailler sur de l’impression 4D à l’échelle du micromètre en utilisant des matériaux appelés « muscles artificielles ». Pendant 3 ans j’ai fait mumuse avec de miniatures structures en polymère que je faisais bouger grâce à des rayons laser.

C’est à la fin de ma thèse (fin 2013) que j’ai eu l’envie de revenir vers le web. J’avais longtemps fait des prestations de référencement en freelance, mais l’aventure startup m’intéressait beaucoup. C’est à ce moment que j’ai décidé de créer WordiZ Elokenz.
 

Ensuite, pourquoi avoir changé de nom pour passer de WordiZ à Elokenz ?

WordiZ est arrivé un peu comme un jeu, alors que j’en parlais à un ami. Je lui ai dit « et si j’essayais de faire une startup en trente jours, les américains se vantent d’arriver à créer des boites rentables en une semaine alors pourquoi pas vérifier leurs dires ? ». J’ai donc pris un nom de domaine qui sonnait bien et fait plusieurs actions Marketing alors que ma thèse n’était pas encore finie.

Bon, pour vous le dire franchement, je n’ai pas réussi du tout à créer une startup en 30 jours (bonne chance si vous essayez en partant de zéro). Par contre, l’idée de WordiZ était parti, et le nom avait déjà été communiqué via plusieurs articles sur des blogs. Le problème c’est que wordiz.com ne m’appartenait pas, et que malgré une négociation avec ses propriétaires, nous ne sommes pas arrivé à un accord pour que je le rachète.

WordiZ change de nom et devient Elokenz

WordiZ change de nom et devient Elokenz

Qu’à cela ne tienne, WordiZ ne sonnait pas très bien pour les anglais/américains. Nous avions tout intérêt à trouver un autre nom. Il m’a fallu beaucoup de temps pour trouver un nom qui capture l’idée du projet, qui se comprenne rapidement (que votre langue soit latine ou saxonne) et dont le .com soit disponible.
 

Il était question à l’époque d’un partenariat entre blogueur et éditeur, qu’en est-il à présent ?

L’idée initial de WordiZ était de proposer une place de marché de type « guest blogging » avec comme base principal un algorithme innovant qui permet de chercher des auteurs par thématiques. Mais cette stratégie a vite été abandonnée après la chasse au sorcière que Google a officiellement lancé envers les sites similaires fin 2013. Achat de liens, achat d’articles sponsorisés… Ce n’est plus un créneau porteur.

Du coup, comme nous avions changé de stratégie depuis un moment, nous avons profité du changement de nom pour recentrer notre communication.
 

Que propose Elokenz ? Qu’y a-t-il de nouveau ou révolutionnaire ?

A l’heure actuelle, Elokenz est un outil qui vous aide à fidéliser les lecteurs de vos blogs. Donc il se place en quelque sorte dans la thématique du Content Marketing et du Growth Hacking pour plusieurs raisons.

L’outil se base toujours sur la balise AuthorShip de Google+ pour identifier vos articles. Ceux-ci sont alors automatiquement associés à votre compte sur Elokenz et nous vous avertissons dès qu’un événement sur les réseaux sociaux concernent l’un de vos articles.

Il vous est donc possible de la sorte de détecter les nouvelles personnes qui partagent vos articles et d’entrer en relation avec eux. Question bête : savez-vous combien de personnes ont partagé vos articles ? 10, 100, 1000 ? Combien d’entre eux avez-vous « fidélisé » et combien d’entre eux n’ont jamais interagi plus d’une fois avec vous ?

Elokenz liste vos lecteurs pour afficher les interactions avec vos articles

Elokenz liste vos lecteurs pour afficher les interactions avec vos articles

Grâce au dashboard d’Elokenz, vous retrouverez ces informations et pourrez alors décider d’engager la discussion avec vos lecteurs les moins actifs ou de féliciter ceux qui vous mentionnent souvent.

Comme vous recevez les notifications directement sur votre boite mail, vous gagnez un temps précieux en évitant de monitorer vous-même vos articles. Le système surveille vos articles récents mais aussi les plus anciens, qu’ils soient sur votre blog ou qu’ils aient été publiés en guest sur un autre blog.

Les mentions sont importées automatiquement dans l'application

Les mentions sont importées automatiquement dans l’application

Enfin, je pense qu’Elokenz est à ce jour la seule application qui importe les mentions faites sur Google+ (publications sur le stream, dans des communautés, commentaires ou re-partage). Si vous êtes comme moi un utilisateur régulier de G+, vous verrez à quel point c’est pratique. 🙂
 

A la base du projet, il y a la volonté d’effectuer un classement des auteurs : qu’en est-il du Google AuthorRank pour toi ?

L’algorithme de classement d’auteurs que nous avons développé (et qui n’a pas encore été publié ni utilisé) sera peut être un jour implémenté sur Elokenz. Pour le moment, on laisse Google faire des annonces pour voir un peu la direction que prend la chose.

L’AuthorRank de Google est selon moi déjà en place depuis quelques temps, sans que le poids de ce facteur soit très important. Vous avez peut être vu passer l’infographie qui donne 200 facteurs de recherche selon Google. Il est facile pour Google d’introduire un AuthorRank sans modifier énormément les SERPs puis de lui faire progressivement prendre plus de poids.

Cela a été confirmé officiellement par Matt Cutts le 12 Mars dans un tweet puis dans une conférence. Le système est en place de manière certaine dans le classement des articles de fond – en anglais « in depth articles » (nous ne les avons pas encore en France, mais les sites en questions sont en général indexé dans Google News) et je ne doute pas qu’il le soit aussi pour les SERP classiques.

Dans l’absolu, je trouve qu’un signal de classement basé sur l’auteur est pertinent. Si vous êtes comme moi, c’est souvent le nom d’un auteur qui guide votre choix lors de l’achat d’un livre papier et non le titre seul. Donc Google a tout intérêt à mettre en avant les titres, les URLs mais aussi les auteurs à l’origine d’un contenu.
 

Est-ce que le système de l’AuthorShip et/ou l’AuthorRank sauve Google+ d’après toi ?

Je ne pense pas que Google+ ait besoin d’être sauvé. Je ressens comme une sorte de macrophagie de Google+ envers tous les autres outils de Google :

  • Google Drive est fortement lié à G+,
  • Picasa est devenu Google+ photos,
  • Gmail n’est plus qu’un gros système de messagerie de G+ avec possibilité d’envoyer/recevoir des emails vers l’extérieur,
  • les résultats de recherches comportent maintenant des posts G+,
  • les Hangouts sont intégrés automatiquement à Youtube,
  • vos événements G+ sont importés automatiquement dans Calendar,
  • les commentaires de Youtube et Blogger sont basés sur G+.

La liste est longue et je verrai plutôt Google Search se faire intégrer complètement dans Google+ que l’inverse.

Donc, pour revenir à ta question initiale, je ne suis pas sûr qu’elle ait trop de sens. Ce que je me demanderai plutôt, c’est dans quelle mesure G+ peut intégrer des applications basées sur l’AuthorShip. Est-ce que Google proposera un jour une page « profil auteur » avec plein de petits graphiques sympas pour montrer qu’on est un auteur « à suivre » ou bien se cantonnera-t-il à afficher le snippet « écrit par Pierre Dupond » dans les SERPs ? Je pense que de nombreuses petites surprises vont arriver d’ici la fin d’année.
 

Comment appréhendes-tu le volet social dans le contexte du « search » ? Par exemple, est-ce que les internautes acceptent de tomber sur des posts Google+ lorsqu’ils font une recherche ?

On en revient à la « macrophagie » que je mentionnais plus haut. Google propose en effet dans ses SERPs des posts de Google+, mais aussi des tweets, donc il donne un peu (très peu) la chance à la concurrence.

Bon, comme mes réponses sont déjà super longues, et qu’en plus je n’arrive plus du tout à voir des posts G+ dans mes SERPs (Google doit faire un test en ce moment), je vais sauter cette question. 🙂
 

Un dernier mot ou une dernière phrase pour finir ?

Elokenz travaille actuellement sur une nouvelle fonctionnalité. Nous allons proposer une offre pour les entreprises, celles qui doivent gérer une équipe avec plusieurs rédacteurs et qui souhaitent suivre leur performances. Je ne peux pas en dire trop pour l’instant, mais une béta privée devrait être disponible d’ici deux/trois mois. Si vous êtes dans un poste de responsable webmarketing/content manager et que vous aimeriez monitorer les objectifs de vos équipes n’hésitez pas à me contacter pour en savoir plus.

Pour ceux qui se posent la question (oui, il y en a peut être), Elokenz n’est pas venu s’implémenter sur Paris mais à Toulon. Nous avons préféré le cadre de vie « tranquille » avec les cigales, le soleil et la mer. Je suis Parisien de naissance mais je ne regrette pas du tout ce choix : Toulon est un petit vivier qui est vraiment en train de se développer sur le plan du numérique. Notre projet est suivi par l’incubateur Paca Est et nous avons nos bureaux dans la pépinière « Cre@TVT » (http://www.tvt.fr/), le centre névralgique des startups web du Var.

Voilà, j’ai fait beaucoup plus long que prévu… Mais je suis coutumier des longs articles. Merci Nicolas pour ton invitation, j’espère avoir répondu de façon intéressante à tes questions.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !